Législatives: l’Assemblée nationale va-t-elle changer de visage?

  L’hémicycle de l’Assemblée nationale accueillera de nouveaux députés après les législatives des 11 et 18 juin prochains. – Bastien Abadie / Flickr Commenter 0 Imprimer

View the Original article

Le ministre de l’Education nationale veut tourner la page des devoirs à la maison

Inscrivez-vous gratuitement à la
Newsletter BFMTV Midi

OK

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, a souligné sa volonté de mettre un terme aux devoirs à la maison pour les élèves, lors d’un entretien accordé dans l’édition du Point à paraître ce jeudi. 

Pour Jean-Michel Blanquer, nouveau ministre de l’Education nationale du gouvernement d’Edouard Philippe, le maître-mot dans l’exercice de ses fonctions sera de clore les « querelles stériles ».

Les devoirs désormais effectués dans les établissements 

Parmi celles-ci, il a pointé une opposition autour de la question des devoirs donnés aux élèves des établissements français, dans un entretien accordé au Point à paraître ce jeudi. « Jusqu’à aujourd’hui, il y a une querelle stérile entre ceux qui affirment que les devoirs sont indispensables à une qualité de l’apprentissage et ceux qui y voient un risque d’accroissement des inégalités sociales. Les deux ont évidemment raison », a déclaré Jean-Michel Blanquer. 

Le ministre a ensuite développé: « En effet, il est important que chaque enfant puisse travailler individuellement, au calme, pour faire des exercices, répéter ses leçons ou exercer sa mémoire et son sens de l’analyse. Mais d’un autre côté, il est évident aussi qu’il y a des disparités entre les élèves suivant la situation familiale. »

Il est résolu à en tirer des enseignements et a tenu à indiquer une mesure concrète, susceptible selon lui de remédier à la situation. « Dépasser ce problème demande une ligne claire : il doit y avoir des devoirs et ils doivent pouvoir être faits au sein de l’établissement grâce à un temps d’étude accompagné », a-t-il indiqué avant de conclure: « Cela s’appellera

View the Original article

Quand le ministre de l’Education nationale se présente à tort comme le plus jeune agrégé de sa discipline

  Jean-Michel Blanquer, alors recteur de l’Académie de Créteil, en 2009. – STEPHANE DE SAKUTIN – AFP – Deux jours après sa nomination, le nouveau ministre de l’Education nationale s’est présenté à tord comme le plus jeune agrégé de sa génération.

Première semaine, première gaffe. Le nouveau ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer, 52 ans, s’est fait épinglé sur une imprécision à propos de son CV, seulement deux jours après sa nomination. Dans un article du Monde mentionnant qu’il était l’agrégé « le plus jeune de sa génération », or il s’est avéré qu’il n’en était rien.

Le président du groupe Radical, Républicain, Démocrate et Progressiste à l’Assemblée nationale Roger-Gérard Schwartzenberg a tenu a tenu à lui rappeler ses largesses dans un communiqué publié sur son compte Twitter. Né en 1964, Jean-Michel Blanquer était âgé de 31 ans lors de l’examen.

View the Original article

Education nationale: les grands chantiers du nouveau ministre, Jean-Michel Blanquer

  Jean-Michel Blanquer a été recteur dans les académies de Guyane et de Créteil. – Stéphane de Sakutin – AFP Commenter 0 Imprimer

View the Original article

Jean-Michel Blanquer, nommé ministre de l’Education nationale

  Jean-Michel Blanquer, alors recteur de l’Académie de Créteil, en 2009. – STEPHANE DE SAKUTIN – AFP Commenter 0 Imprimer

View the Original article

Les informations de Trump n’ont pas mis en cause « la sécurité nationale » selon la Maison Blanche

« National Security Advisor H. R. McMaster speaks during a press briefing at the White House in Washington, DC on May 16, 2017 . McMaster on Tuesday denied that US President Donald Trump had caused a « lapse in national security » following reports he disclosed highly-classified information about the Islamic State group to Russian officials.Olivier Douliery / AFP »

View the Original article

USA: les déclarations de Trump à Lavrov n’ont pas mis en cause "la sécurité nationale"

USA: les déclarations de Trump à Lavrov n’ont pas mis en cause « la sécurité nationale » – La LibreFermer la publicité

Votre version d’Internet Explorer est dépassée.

Nous vous invitons à utiliser un navigateur plus récentpour utiliser notre site dans les meilleures conditions.

Menu

View the Original article

Les déclarations de Trump à Lavrov n’ont pas mis en cause « la sécurité nationale »

Monde

Les déclarations de Trump à Lavrov n’ont pas mis en cause « la sécurité nationale » Afp

Les informations transmises par le président américain Donald Trump au chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov n’ont pas mis en cause

View the Original article