Affaire Ferrand: le ministre accusé d’avoir privilégié son « intérêt personnel »

  Alain Castel était l’avocat à l’origine de l’opération immobilière devenue l’affaire Ferrand – BFMTV L’avocat à l’origine de l’opération immobilière devenue l’affaire Ferrand a mis en cause l’impartialité du ministre de la Cohésion des territoires, qui aurait privilégié sa femme.

Le bras de fer se poursuit. Me Alain Castel, l’avocat à l’origine du montage immobilier qui vaut aujourd’hui des ennuis à Richard Ferrand, a assuré à BFMTV que le ministre de la Cohésion des territoires « a privilégié son intérêt personnel par rapport à l’intérêt de la mutuelle ». Le proche d’Emmanuel Macron est passé à l’époque par une SCI détenue par sa femme pour faciliter la location de bureaux pour les Mutuelles de Bretagne, dont il était le directeur général au moment de la transaction en 2011.

« Je n’ai vu aucun problème sur le plan du droit civil, mais j’ai senti qu’il y avait un problème éthique dès qu’on m’a remis le compromis. Il n’y a pas conflit, mais Richard Ferrand a privilégié son intérêt personnel par rapport à l’intérêt de la mutuelle, puisqu’il a fait acheter par une SCI qui était détenue par sa femme au lieu de faire acheter par une mutuelle. C’est ça le problème », a déclaré Me Alain Castel.

Dans les colonnes du Parisien, l’ancien bâtonnier de Brest avait déjà fait part de « l’enfumage » dont il a été témoin, s’offusquant que Richard Ferrand n’ait pas fait acheter l’immeuble par la mutuelle, assurant que c’était pourtant « dans l’intérêt de celle-ci ». « Elle faisait un prêt, engageait des travaux et se retrouvait quinze ans plus tard propriétaire d’un bien largement fructifié », a-t-il affirmé.

Les électeurs, seuls juges

Le principal intéressé, Richard Ferrand, a lui assuré qu’aucun élément nouveau n’a été apporté par les propos accusatoires d’Alain Castel. En déplacement à Deauville, dans le Calvados, pour promouvoir l’action des associations, le ministre de la Cohésion des territoires a assuré que « les déclarations nouvelles ne changent rien ».

« Les déclarations nouvelles qui ont été faites ne changent rien à ce qui a été dit par le parquet de Brest, et surtout par ce qu’a dit le Premier ministre. Nous sommes dans une démocratie, et dans une démocratie, ce sont les électeurs qui marquent leur confiance à celles et ceux qui se présentent devant eux », a acté Richard Ferrand, réaffirmant se soumettre au jugement des citoyens aux élections législatives concernant sa place au gouvernement, en référence à la règle imposée par le président.

Pour l’heure, le Parquet national financier (PNF) a déjà annoncé qu’il n’ouvrirait pas d’enquête, indiquant que les « faits évoqués à ce stade n’entrent pas dans le champ de compétence du PNF ». De son côté, le parquet de Brest a fait savoir que le procureur Eric Mathais a « procédé à une analyse juridique pour déterminer s’il devait se saisir et diligenter une éventuelle enquête ». « Au terme de celle-ci », conclut-il, « il apparaît qu’en l’état, aucun des faits relatés n’est susceptible de relever d’une ou plusieurs qualifications pénales permettant d’ouvrir une enquête préliminaire ».

F. H. 0

View the Original article

Egypte: les auteurs de l’attaque contre les coptes ont été entraînés en Libye (ministre)

, a assuré le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi.

La branche égyptienne de l’EI mène depuis plusieurs mois une campagne contre la minorité copte.

L’aviation loyale au maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l’Est libyen, a annoncé samedi avoir participé aux frappes aériennes menées par l’Egypte.

Ces dernières ont été dénoncées par le gouvernement d’union nationale (GNA), basé à Tripoli et appuyé par la communauté internationale, pour lequel il s’agit d’une

View the Original article

Malgré les révélations du Canard enchaîné, la justice n’ouvrira pas d’enquête contre le ministre français Richard Ferrand

 En l’état, aucun des faits relatés n’est susceptible de relever d’une ou plusieurs qualifications pénales permettant d’ouvrir une enquête préliminaire 

View the Original article

Affaire Ferrand: Cambadélis prédit la démission prochaine du ministre

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l’utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d’audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies…   Voir le direct People Vous Météo BFM CHEZ VOUS Top Gear France Services Sondages Horoscope Newsletters   .dropdown-menu .member-signed, .dropdown-menu .member-unsigned

View the Original article

L’ex Premier ministre grec Papademos blessé par une lettre piégée

« (FILES) This file photo taken on April 20, 2012 shows former Greek Prime Minister Lucas Papademos speaking during a conference organised by the European Commission on promoting growth through small and medium-sized businesses in Athens.LOUISA GOULIAMAKI / AFP »

View the Original article

Le ministre de l’Education nationale veut tourner la page des devoirs à la maison

Inscrivez-vous gratuitement à la
Newsletter BFMTV Midi

OK

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, a souligné sa volonté de mettre un terme aux devoirs à la maison pour les élèves, lors d’un entretien accordé dans l’édition du Point à paraître ce jeudi. 

Pour Jean-Michel Blanquer, nouveau ministre de l’Education nationale du gouvernement d’Edouard Philippe, le maître-mot dans l’exercice de ses fonctions sera de clore les « querelles stériles ».

Les devoirs désormais effectués dans les établissements 

Parmi celles-ci, il a pointé une opposition autour de la question des devoirs donnés aux élèves des établissements français, dans un entretien accordé au Point à paraître ce jeudi. « Jusqu’à aujourd’hui, il y a une querelle stérile entre ceux qui affirment que les devoirs sont indispensables à une qualité de l’apprentissage et ceux qui y voient un risque d’accroissement des inégalités sociales. Les deux ont évidemment raison », a déclaré Jean-Michel Blanquer. 

Le ministre a ensuite développé: « En effet, il est important que chaque enfant puisse travailler individuellement, au calme, pour faire des exercices, répéter ses leçons ou exercer sa mémoire et son sens de l’analyse. Mais d’un autre côté, il est évident aussi qu’il y a des disparités entre les élèves suivant la situation familiale. »

Il est résolu à en tirer des enseignements et a tenu à indiquer une mesure concrète, susceptible selon lui de remédier à la situation. « Dépasser ce problème demande une ligne claire : il doit y avoir des devoirs et ils doivent pouvoir être faits au sein de l’établissement grâce à un temps d’étude accompagné », a-t-il indiqué avant de conclure: « Cela s’appellera

View the Original article

Le président américain rencontre le roi Philippe, avant le Premier ministre

BelgaPublié le mercredi 24 mai 2017 à 17h12- Mis à jour le mercredi 24 mai 2017 à 17h58

EN IMAGES: Donald Trump est arrivé en BelgiqueTrump not Welcome: des milliers de personnes crient leur opposition à Donald TrumpDonald Trump a atterri en Belgique (Vidéo)Belgique

Le roi Philippe et la reine Mathilde ont accueilli mercredi après-midi le président américain Donald Trump et son épouse Melania au Palais de Bruxelles, quelques minutes seulement après l’arrivée du locataire de la Maison Blanche à l’aéroport de Zaventem, a constaté l’agence Belga. M. et Mme Trump sont arrivés vers 16h55 au Palais, sous bonne escorte, dans une ville placée sous haute surveillance policière et militaire.

Les deux couples ont brièvement posé pour la presse sous les ors de la grande galerie, ornée de hauts lustres.

La reine Mathilde était vêtue d’une robe rose très pâle et Mme Trump portait un manteau gris chiné, alors que les deux chefs d’Etat étaient vêtus de costumes sombres.

Peu avant de quitter la galerie, le président américain a adressé un petit signe de la main aux journalistes, photographes et cameramen présents.

Le souverain et M. Trump devaient ensuite avoir un entretien d’une vingtaine de minutes, la durée habituelle d’une telle audience, avant une rencontre « plus politique », toujours au Palais, avec le Premier ministre Charles Michel – qui était déjà présent à l’aéroport de Bruxelles-National pour saluer M. Trump à sa descente d’avion en provenance de Rome.

Cette rencontre est importante pour l’image de la Belgique, a-t-on souligné de bonne source.

Le roi Philippe connait bien les Etats-Unis pour y avoir étudié les sciences politiques à l’université de Standford, en Californie (côte ouest des Etats-Unis). Il y a ensuite séjourné à de nombreuses reprises à titre officiel et privé.

Le président américain effectue sa première visite à l’étranger depuis son investiture le 20 janvier – il s’est rendu auparavant en Arabie saoudite, en Israël, dans les Territoires palestiniens et au Vatican. Il doit participer jeudi à une réunion spéciale des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Otan dans l’enceinte du nouveau siège bruxellois de l’Alliance atlantique, avant de s’envoler en soirée pour un sommet du G7 à Taormina (Sicile).

BelgaSur le même sujet :EN IMAGES: Donald Trump est arrivé en BelgiqueTrump not Welcome: des milliers de personnes crient leur opposition à Donald TrumpDonald Trump a atterri en Belgique (Vidéo)Derniers articles

View the Original article

Le président américain rencontre le roi Philippe, avant le Premier ministre

EN IMAGES: Donald Trump est arrivé en BelgiqueTrump not Welcome: les participants se rassemblent devant la gare du NordDonald Trump a atterri en Belgique (VIDEO)Belgique

Le roi Philippe et la reine Mathilde ont accueilli mercredi après-midi le président américain Donald Trump et son épouse Melania au Palais de Bruxelles, quelques minutes seulement après l’arrivée du locataire de la Maison Blanche à l’aéroport de Zaventem, a constaté l’agence Belga. M. et Mme Trump sont arrivés vers 16h55 au Palais, sous bonne escorte, dans une ville placée sous haute surveillance policière et militaire.

Les deux couples ont brièvement posé pour la presse sous les ors de la grande galerie, ornée de hauts lustres.

La reine Mathilde était vêtue d’une robe rose très pâle et Mme Trump portait un manteau gris chiné, alors que les deux chefs d’Etat étaient vêtus de costumes sombres.

Peu avant de quitter la galerie, le président américain a adressé un petit signe de la main aux journalistes, photographes et cameramen présents.

Le souverain et M. Trump devaient ensuite avoir un entretien d’une vingtaine de minutes, la durée habituelle d’une telle audience, avant une rencontre « plus politique », toujours au Palais, avec le Premier ministre Charles Michel – qui était déjà présent à l’aéroport de Bruxelles-National pour saluer M. Trump à sa descente d’avion en provenance de Rome.

Cette rencontre est importante pour l’image de la Belgique, a-t-on souligné de bonne source.

Le roi Philippe connait bien les Etats-Unis pour y avoir étudié les sciences politiques à l’université de Standford, en Californie (côte ouest des Etats-Unis). Il y a ensuite séjourné à de nombreuses reprises à titre officiel et privé.

Le président américain effectue sa première visite à l’étranger depuis son investiture le 20 janvier – il s’est rendu auparavant en Arabie saoudite, en Israël, dans les Territoires palestiniens et au Vatican. Il doit participer jeudi à une réunion spéciale des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Otan dans l’enceinte du nouveau siège bruxellois de l’Alliance atlantique, avant de s’envoler en soirée pour un sommet du G7 à Taormina (Sicile).

BelgaSur le même sujet :EN IMAGES: Donald Trump est arrivé en BelgiqueTrump not Welcome: les participants se rassemblent devant la gare du NordDonald Trump a atterri en Belgique (VIDEO)Derniers articles

View the Original article

Canular « homophobe » de Hanouna: pour la ministre de la Culture, aucun « dérapage » ne peut être toléré

  Françoise Nyssen, ministre de la Culture. – Jacques Demarthon – AFP La ministre de la culture Françoise Nyssen s’est exprimée sur l’affaire du canular jugé homophobe dans TPMP.

« Aucun dérapage qu’il soit sexiste, raciste, antisémite ou homophobe ne doit passer, qu’il s’agisse de la télévision ou d’internet », a affirmé mercredi la ministre de la Culture Françoise Nyssen.
    
La ministre faisait référence à la « triste affaire » liée à l’animateur vedette de C8 Cyril Hanouna, visé par des milliers de plaintes de téléspectateurs après la diffusion la semaine dernière d’un canular jugé homophobe.
    
« La télévision se doit de refléter la société française dans toute sa diversité qu’il s’agisse des origines, des sexes et de l’orientation sexuelle notamment », a indiqué Françoise Nyssen.

La procédure de sanction est lancée

« Les associations, les téléspectateurs mais aussi la DILCRAH (Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT) ont fortement réagi et à juste titre », s’est-elle félicitée.
    
« Je serai particulièrement vigilante et j’appelle tous les acteurs à être collectivement vigilants pour que les préjugés ne soient pas diffusés sur la TNT », a insisté Françoise Nyssen.
    
« J’ai pris note des excuses de Monsieur Hanouna, mais la procédure de sanction est lancée et doit se poursuivre », a-t-elle dit.

View the Original article