Le FBI enquête sur un haut conseiller de la Maison Blanche

Publié le vendredi 19 mai 2017 à 23h31 à WASHINGTON (USA)

L’enquête du FBI sur les liens entre l’équipe de campagne de Donald Trump et la Russie s’intéresse à un haut responsable actuel de la Maison Blanche, conseiller « proche » du président américain, selon le Washington Post vendredi.

View the Original article

Le FBI enquête sur un haut conseiller de la Maison Blanche

Publié le vendredi 19 mai 2017 à 23h31 à WASHINGTON (USA)

L’enquête du FBI sur les liens entre l’équipe de campagne de Donald Trump et la Russie s’intéresse à un haut responsable actuel de la Maison Blanche, conseiller « proche » du président américain, selon le Washington Post vendredi.

View the Original article

Le FBI enquête sur un haut conseiller de la Maison Blanche

  Le décret anti-immigration de Donald Trump a provoqué l’indignation et la colère dans le monde entier. – Mandel Ngan / AFP Selon le Washington Post, ce vendredi, l’enquête sur d’éventuels liens entre l’équipe de campagne de Donald Trump et la Russie durant la dernière élection présidentielle rebondit encore. Le FBI s’intéresse à un haut responsable actuel de l’administration américaine. 

L’enquête du FBI sur les liens entre l’équipe de campagne de Donald Trump et la Russie s’intéresse à un haut responsable actuel de la Maison Blanche, conseiller « proche » du président américain, selon le Washington Post vendredi. Le nom de ce collaborateur ou de cette collaboratrice n’a pas été dévoilé par les sources du quotidien, selon qui cette personne est désormais considérée par la police fédérale comme un témoin important.

La Maison Blanche se dit confiante

On savait déjà que des anciens conseillers du président américain étaient dans le viseur des enquêteurs, notamment son ex-conseiller à la sécurité national Michael Flynn ou son ancien directeur de campagne Paul Manafort. Donald Trump a toujours nié, encore jeudi, toute collusion avec la Russie dans la campagne électorale, durant laquelle Washington a accusé Moscou d’avoir mené des piratages et une campagne de désinformation afin de nuire à Hillary Clinton.
    
La Maison Blanche a prédit vendredi que l’enquête, confiée depuis mercredi à un procureur spécial, Robert Mueller, prouverait in fine les dires du milliardaire républicain. En même temps, le New York Times publiait une autre révélation. Selon le quotidien, le président américain a qualifié de « cinglé » l’ex-directeur du FBI James Comey, un jour après l’avoir limogé, lors d’une rencontre le 10 mai avec le chef de la diplomatie russe dans le Bureau ovale.

« Il était complètement cinglé »

« Je viens de limoger le chef du FBI. Il était fou, complètement cinglé », aurait dit l’Américain à Sergueï Lavrov lors de cette entrevue, selon le compte-rendu officiel de la réunion rédigé par la Maison Blanche et qui a été lu au New York Times. « J’étais sous forte pression à cause de la Russie. Cela s’est allégé », aurait-il ajouté.
    
Cette petite phrase contredit les assertions de la Maison Blanche selon lesquelles le limogeage du patron du FBI ne visait pas à entraver les investigations. Sean Spicer a expliqué vendredi que James Comey représentait, aux yeux de Donald Trump, un obstacle dans l’amélioration des relations avec la Russie.

R.V. avec AFP 0

View the Original article

Le FBI enquête sur un haut conseiller de la Maison Blanche

Publié le vendredi 19 mai 2017 à 23h31 à WASHINGTON (USA)

L’enquête du FBI sur les liens entre l’équipe de campagne de Donald Trump et la Russie s’intéresse à un haut responsable actuel de la Maison Blanche, conseiller « proche » du président américain, selon le Washington Post vendredi.

View the Original article

Comment réaliser une base de sauce blanche ?

Horoscope 2017 Horoscope de la semaine Horoscope chinois Numérologie Accueil Cuisiner Astuces de cuisine Comment réaliser une base de sauce blanche ? Article mis à jour le 18/05/17 15:51 Partager sur Consommée brute par les amateurs de kebab, la sauce blanche sert également de base à de nombreux assaisonnements, comme la sauce béchamel. Pour ne pas la rater, restez appliqués ! Voici la marche à suivre.

View the Original article

Donald Trump accueille Recep Tayyip Erdogan à la Maison Blanche

« http://si.rosselcdn.net/sites/default/files/imagecache/pagallery_450x300/2017/05/16/193662508_B9712040670Z.1_20170516213545_000_GOC92VJVD.2-0.jpg » alt

View the Original article

USA: Trump accueille Recep Tayyip Erdogan à la Maison Blanche

Publié le mardi 16 mai 2017 à 19h30 à WASHINGTON (USA)

Le président des Etats-Unis Donald Trump a accueilli mardi à la Maison Blanche son homologue turc Recep Tayyip Erdogan pour un premier tête-à-tête délicat sur fond de désaccords sur la question des milices kurdes syriennes.

View the Original article

Les informations de Trump n’ont pas mis en cause « la sécurité nationale » selon la Maison Blanche

« National Security Advisor H. R. McMaster speaks during a press briefing at the White House in Washington, DC on May 16, 2017 . McMaster on Tuesday denied that US President Donald Trump had caused a « lapse in national security » following reports he disclosed highly-classified information about the Islamic State group to Russian officials.Olivier Douliery / AFP »

View the Original article

Trump-Erdogan, première rencontre sous tension à la Maison Blanche

sur cette décision.

La Turquie considère en effet ces milices comme l’extension en Syrie du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation séparatiste qui livre une sanglante lutte armée contre Ankara depuis 1984. Elle redoute notamment que ces armes ne puissent un jour finir par être utilisées contre elle par les Kurdes.

Après une rencontre dans le Bureau ovale, les deux hommes feront une déclaration à 13H00 (17H00 GMT) mais n’ont pas prévu de répondre aux questions des journalistes.

Le président républicain est de nouveau dans la tourmente après les révélations du Washington Post selon lequel il a divulgué des informations classifiées au chef de la diplomatie russe qui avaient été communiquées par un allié des Etats-Unis.

L’avenir des relations entre Ankara et Washington reste également suspendu à d’autres dossiers épineux, comme la demande d’extradition du prédicateur Fethullah Gülen, qui vit en exil aux Etats-Unis et est accusé par le pouvoir turc d’avoir ourdi la tentative de putsch de juillet.

#makeyourhomepage

View the Original article