Vers un divorce de Les Républicains à l’Assemblée

Inscrivez-vous gratuitement à la
Newsletter Politique

OK

Les « constructifs », décidés à  voter la confiance à Édouard Philippe, pourraient fonder un groupe Les Républicains indépendant à l’Assemblée nationale.

La « clarification » ne se fait pas attendre chez Les Républicains: au lendemain de législatives moins calamiteuses qu’annoncées – LR et les centristes de l’UDI obtiennent 131 sièges au palais Bourbon -, la fracture entre partisans d’une opposition ferme à Emmanuel Macron et tenants d’une attitude « constructive » à l’égard du gouvernement pourrait se traduire par une division de la droite en deux groupes à l’Assemblée. 

Divorce officialisé

Une vingtaine de « constructifs », emmenée par Thierry Solère, est sur le point de franchir le pas selon Le Parisien.

« On s’achemine vers la constitution d’un groupe indépendant. Il aura vocation à soutenir les réformes du gouvernement », confirmait le député des Hauts-de-Seine lundi soir.

Une tribune serait même en préparation pour expliquer le choix de voter la confiance au gouvernement d’Édouard Philippe le 4 juillet. De sorte que le divorce avec la droite d’opposition serait acté. « De toute façon, je ne me voyais pas siéger aux côtés de ces traîtres », lâche un député réélu. Les Républicains « incompatibles » avec Emmanuel Macron réprouvent une erreur politique de leurs camarades transfuges: 

« En votant la confiance, les constructifs vont signer un chèque en blanc au gouvernement, sans même connaître les textes. Ce n’est vraiment pas responsable. Et totalement inutile, puisque la majorité n’a pas besoin de leurs voix pour faire passer ses lois », grogne un élu d’opposition.

Un nouveau président de LR en novembre

Et l’émiettement de la droite pourrait ne pas s’arrêter là: parmi ceux qui n’ont pas succombé aux sirènes de la macronie, les défenseurs de la droite dure conservatrice et ceux de la droite « populaire » pourraient s’entre-déchirer pour le contrôle du parti en novembre, autour de leurs figures de proues Laurent Wauquiez et Xavier Bertrand. Fort de son expérience, l’ancien président de l’UMP Jean-François Copé commente: « Organiser un scrutin interne, dans ces conditions-là, c’est une folie pure. »

Louis Nadau 2 Inscrivez-vous à la Newsletter Politique

View the Original article

Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :