Milquet, Moreau, De Decker: la condition sine qua non de Maingain pour rejoindre le cdH (VIDEO)

BelgaPublié le mardi 20 juin 2017 à 14h20- Mis à jour le mardi 20 juin 2017 à 14h24

Au cabinet de Collin (cdH), on est « en attente d’une majorité »Annonce du CDH : Voici le potentiel grand jeu de chaises musicales des ministres PS AbonnésAprès le « coup de pute » de Lutgen, le PS devra se réinventer ou disparaître (ANALYSE)Rudy Demotte sur l’annonce du cdH: « Un tissu d’incohérences et de contradictions »Belgique

L’intergroupe parlementaire DéFI réuni mardi midi a exigé que chaque parti prenne des mesures immédiates de mise à l’écart des personnes qui en leurs rangs portent une responsabilité dans les scandales qui ont mené à la situation politique dans laquelle on se trouve actuellement. 

Selon le président de DéFI, Olivier Maingain, il s’agit d’un préalable avant de voir avec qui il y a moyen de travailler, lisez avant toute discussion de nouvelle(s) coalition(s). Les exigences de sa formation en termes de gouvernance, de règles sur les mandats, les rémunérations et la transparence seront très élevées, a-t-il indiqué.

« Il faut une révolution éthique. Les gens ne supportent plus que ceux qui sont responsables des scandales restent en fonction ou reviennent par la fenêtre », a commenté Olivier Maingain.

A l’issue de l’intergroupe, M. Maingain n’a pas cité de noms de personnes à écarter dans les autres formations. Il a évoqué les scandales de Publifin, le Samusocial et la découverte de situations embarrassantes dans d’autres organismes liés à la Ville de Bruxelles.

Interrogé au cours du JT de la Une (RTBF), il a par contre évoqué les noms de Stéphane Moreau (PS), lié au dossier Publifin et toujours en fonction, d’Armand De Decker (MR), lié au dossier du Kazakgate, et député régional, et de Joëlle Milquet (cdH), députée bruxelloise qui a dû démissionner de son mandat ministériel, sur suspicion d’embauche dans son cabinet de personnel chargé de préparer sa campagne électorale.

« Il est temps que ces gens s’en aillent. C’est une exigence sans condition. Je n’ai pas envie de m’associer à qui que ce soit qui traîne des casseroles », a encore dit le président de DéFI.

Selon M. Maingain, DéFI considère par ailleurs que l’initiative du cdH « porte gravement atteinte aux institutions ». En attendant, le gouvernement bruxellois, qui ne recèle selon lui pas en son sein de personnes à écarter, doit continuer à gouverner pour éviter la paralysie.

BelgaSur le même sujet :Au cabinet de Collin (cdH), on est « en attente d’une majorité »Annonce du CDH : Voici le potentiel grand jeu de chaises musicales des ministres PS AbonnésAprès le « coup de pute » de Lutgen, le PS devra se réinventer ou disparaître (ANALYSE)Rudy Demotte sur l’annonce du cdH: « Un tissu d’incohérences et de contradictions »Derniers articles

View the Original article

Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :