Législatives: quelle majorité après le pari réussi d’En Marche?

Inscrivez-vous gratuitement à la
Newsletter Politique

OK

Comme attendu après les résultats du premier tour, La République en marche obtient une majorité absolue à l’issue de ces élections législatives. D’après les estimations Elabe-BFMTV, le parti d’Emmanuel Macron briguerait 350 sièges à l’Assemblée nationale, sur 577.

Les Français ont choisi de lui faire confiance. Suite aux élections législatives, Emmanuel Macron va pouvoir présider accompagné d’une large majorité parlementaire. Selon les estimations Elabe-BFMTV, La République en Marche remporterait 350 circonscriptions. Soit la majorité absolue.

Les résultats sont toutefois un peu moins élevés que ce qui était attendu après la vague macroniste du premier tour. Les récents sondages créditaient LREM de 440 à 470 sièges, mais la réalité est plus modérée. Il s’agit malgré tout de l’une des plus larges majorités parlementaires sous la Ve République.

Les ministres s’en sortent, les inconnus LREM éclipsent les candidats médiatiques

Parmi les candidats investis par LREM, six d’entre eux avaient gros à jouer. Les ministres Richard Ferrand, Bruno Le Maire, Christophe Castaner, Annick Girardin, Mounir Mahjoubi et Marielle de Sarnez ont tous réussi leur pari. Chacun d’entre eux a été élu dans sa circonscription. Sauf remaniement, leurs suppléants vont dont entrer au Palais-Bourbon.

La large victoire de LREM repose aussi sur la réussite de certains candidats inconnus du public, souvent novices en politique. Parmi eux, Christophe Arend, qui s’est imposé face au très médiatique Florian Philippot en Moselle. Ou encore l’entrepreneur Bruno Bonnell, qui a balayé l’ancienne ministre Najat Vallaud-Belkacem à Villeurbanne. La majorite de La République en marche sera donc aussi une majorité de nouveaux visages, à l’Assemblée nationale. 

Les mains libres pour gouverner

Grâce à ce résultat, Emmanuel Macron a désormais toutes les cartes en main pour mettre en oeuvre sa politique. Il pourra notamment s’atteler à la réforme très attendue du code du travail en toute sérénité. Il remporte la majorité absolue, même si son groupe venait à se séparer de ses alliés du MoDem. Le mouvement du chef de l’Etat pourra donc également installer des fidèles aux postes clés de l’Assemblée nationale, s’il le souhaite. 

La loi de moralisation de la vie publique et la prolongation de l’état d’urgence devraient également faire partie des sujets qui seront traités en priorité à l’Assemblée nationale, qui siégera en session extraordinaire à partir du 4 juillet.

Mais le président devra aussi prendre en compte l’avertissement lancé par le taux d’abstention. Déjà historique lors du premier tour, celui-ci a à nouveau progressé ce dimanche, pour atteindre 57%. L’Assemblée nationale ne sera donc pas vraiment représentative, puisque ses députés ont été élus par une minorité d’électeurs.

Céline Penicaud 0 Inscrivez-vous à la Newsletter Politique

View the Original article

Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :