Départ annoncé de Ferrand du gouvernement: « Tout sauf une sanction » pour Griveaux

Inscrivez-vous gratuitement à la
Newsletter Politique

OK

Benjamin Griveaux, porte-parole de La République en marche (LREM) et député élu à Paris, était l’invité de BFMTV ce lundi soir. Il a assuré que le départ de Richard Ferrand du gouvernement pour être candidat à la présidence du groupe LREM à l’Assemblée nationale n’était pas une sanction. 

Embourbé depuis quelques semaines dans une polémique née autour d’opérations immobilières alors qu’il était directeur des Mutuelles de Bretagne, Richard Ferrand a tout de même été réélu dans la 6e circonscription du Finistère ce dimanche. Ce lundi, à l’issue d’une rencontre avec le président de la République, on a appris que l’actuel ministre de la Cohésion des territoires allait céder son portefeuille pour briguer la présidence du groupe La République en marche à l’Assemblée nationale.

Ferrand sera élu à la présidence du groupe « à n’en pas douter »

Benjamin Griveaux, porte-parole de La République en marche et député élu à Paris ce dimanche, a réagi à la nouvelle au micro de Ruth Elkrief ce lundi soir sur notre antenne. « C’est tout sauf une sanction », a-t-il assuré, ajoutant que la présidence de ce groupe parlementaire s’annonçait comme le « poste le plus stratégique » du fait de la place importante qu’il va occuper dans l’hémicycle.

Il fallait « un homme d’expérience au Parlement » pour endosser ce rôle, a ensuite précisé Benjamin Griveaux, qui a rappelé que Richard Ferrand avait notamment été le rapporteur de la loi Macron lors de la législature précédente. Le jeune député a également fait observer que Richard Ferrand était « un homme de confiance » du président de la République qu’il a été l’un des premiers à soutenir politiquement. « Il sera candidat à la présidence du groupe et il sera élu à n’en pas douter », a-t-il encore noté. 

Peu avant qu’Edouard Philippe ne présente la démission de son gouvernement à Emmanuel Macron (l’information est tombée aux alentours de 20h lundi), Benjamin Griveaux a prévenu qu’il ne faudrait pas s’attendre à un « grand chamboulement » lors du remaniement. « Le soutien apporté à nos députés montre que le choix de ce premier gouvernement conduit par Edouard Philippe est le bon choix », a-t-il posé. 

Pour finir, l’élu a évoqué son cas personnel alors qu’il se dit qu’il pourrait devenir le président d' »En marche! »: « Ce sera une décision collective pour savoir comment ce mouvement crée autour d’Emmanuel Macron et qui a conquis le pouvoir, va vivre, changer se transformer pour être différent des autres. Il faut qu’il reste un mouvement ouvert sur la société civile. »

Robin Verner 0 Inscrivez-vous à la Newsletter Politique

View the Original article

Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :